Institut de Gestion de l'Environnement et d'Aménagement du Territoire

PROJETS

FILTRES
RÉSULTATS
2 projets - ordre décroissant par date de publication
1-2 out of 2  / 
1
Jusqu'il y a peu, la cartographie de l'occupation du sol à partir d'images satellitaires, à des échelles locales était entravée par la faible résolution des images satellitaires. Depuis 1999, de nouvelles données de télédétection (de 4 à 0,63 m de résolution spatiale) représentent avec plus de détails la surface de la terre. Cependant, l'extraction de l'information par des techniques de classification assistée par ordinateur s'avère beaucoup plus complexe de par l'augmentation de la variabilité interne dans les unités d'occupation du sol et par la faiblesse de la résolution spectrale. L'augmentation de la variabilité diminue la séparabilité statistique des classes d'occupation du sol dans l'espace spectral. Les techniques de classification multispectrale par pixel sont alors insuffisantes pour une extraction des catégories complexes et spectralement hétérogènes de l'occupation du sol, comme les zones urbanisées. L'objectif de la recherche consiste en l'amélioration de l'interprétation de l'occupation du sol de différents types de paysages belges tant urbains que ruraux, à partir d'images satellitaires à très haute résolution spatiale. C’est pourquoi la technique de classification par région sera utilisée et évaluée ; elle devrait permettre de se rapprocher significativement de la qualité d'une interprétation visuelle.

L'objectif est triple : cartographier l'occupation du sol, en suivre l'évolution et en modéliser l'évolution future en milieu urbain. La première partie consiste à contribuer à l'amélioration des techniques numériques de traitement d'images satellitaires pour la cartographie de l'occupation du sol dans le but de se rapprocher de l'interprétation visuelle. La seconde partie analysera l'évolution des changements d'occupation du sol pour Bruxelles et sa périphérie à l'aide des données MURBANDY. Enfin, la modélisation de la croissance urbaine sera étudiée à l'aide d'un modèle basé sur les automates cellulaires. Le modèle sera calibré sur l'évolution passée et l'évolution future sera simulée selon les différents choix d'aménagement du territoire devant lesquels Bruxelles et ses environs se retrouveront confrontés (différents scénarios).