Institut de Gestion de l'Environnement et d'Aménagement du Territoire

PROJETS

FILTRES
RÉSULTATS
72 projets - ordre décroissant par date de publication
41-50 out of 72  / 
Ce travail a consisté à concevoir, développer et mettre à jour un système de représentation cartographique des activités de la Communauté Française de Belgique à destination du grand public d'une part et à destination de l'administration d'autre part. Différents secteurs ont été localisés : les bibliothèques publiques, les médiathèques, les musées, les maisons et centres de jeunes, les centres d'expression et de créativité (CEC), les centres culturels, les lieux de spectacles vivants, les centres sportifs et les points verts ADEPS, les établissements d'enseignement de promotion sociale et socio-culturelle, les établissements d'enseignement de plein exercice, les infrastructures culturelles et administratives et les institutions et services d'aide à la jeunesse.

En septembre 2010, la Politique Scientifique Fédérale a accordé un financement pour intégrer des techniques d'observation de la Terre au projet. Le but de ce projet est donc de mettre en place des méthodes de télédétection afin de (...)


This study discusses the methodology and applications for simplifying Life Cycle Assessment (LCA) in the wood products’ sector in order to reduce LCA complexity for Small-Medium Enterprises (SMEs). The objective is to develop a methodology that is simple yet reliable, so that the majority of the environmental impact of a product can be explained by only a few processes in the production chain (i.e. parameters, pieces of life cycle inventory). SMEs, Benefit Corporations and other company configurations can use this information to design, manufacture and analyze their products and value chains by concentrating on the parameters that have the highest contribution to environmental impact. The simplification of a more complex system from a full LCA requires using a small number of relevant input parameters. Glued laminated timber i.e. glulam, is used as a case study on which the methodology is developed and tested in order to define a framework to find the significant variable and fixed parameters. This LCA simplification aims to be accomplished using principles from global sensitivity analysis as an alternative to a full LCA. Results from seven midpoint impact indicators are analyzed according to the highest ranking input parameters in the glulam system, according to their proportion contributing to overall environmental impact. Using a glulam case study, the definition of the parametric model of the full life cycle inventory is based on 86 independent parameters. Exploring this methodology to determine key parameters involves researching new techniques in combining amplification factor calculations and global sensitivity analysis (GSA). Sobol and Morris methods are chosen to accomplish a ranking of the most impactful parameters and the interaction between parameters, respectively. Main Steps: Amplification factor calculations reduced the parameters from 86 to the 18 main contributors to environmental impact over seven impact categories. Then, the top few key parameters are to be calculated using global sensitivity analysis. Next, the remaining key parameters are to be identified using concepts from simplified parametric modeling. SMEs and other practitioners can use the methodology in order to assess the environmental impact of their products. Further applications: The methodology may be adapted to investigate the combination of LCA and Life Cycle Costing (LCC) concerns as the investigative goal, related to a wide array of products or concerns in the forest industry. Ultimately, the framework can be expanded in order to incorporate Social Life Cycle Assessment (SLCA) into the analysis which will enable the calculation of a triple bottom line assessment.

Les questions environnementales représentent un domaine où la citoyenneté joue des rôles clés. Elles ressortent des enquêtes d’opinion comme des sujets d’attachement et de souci privilégiés de la part des individus. Historiquement, la participation environnementale (autour de projets, à travers des demandes d’information ou des mobilisations) a d'ailleurs joué un rôle particulier, parfois comme inspirateur, par rapport à d’autres formes de participation et d’expression. L'ULB est fort active sur ces questions, puisqu'elle organise le principal master en sciences de l'environnement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qu'elle a noué de très nombreuses relations avec les acteurs sociaux et médiatiques intéressés par ces questions, et organisé de nombreuses manifestations sur le thème du développement durable. Les questions environnementales représentent un domaine où la citoyenneté joue des rôles clés. Elles ressortent des enquêtes d’opinion comme des sujets d’attachement et de souci privilégiés de la part des individus. Historiquement, la participation environnementale (autour de projets, à travers des demandes d’information ou des mobilisations) a d'ailleurs joué un rôle particulier, parfois comme inspirateur, par rapport à d’autres formes de participation et d’expression. L'ULB est fort active sur ces questions, puisqu'elle organise le principal master en sciences de l'environnement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qu'elle a noué de très nombreuses relations avec les acteurs sociaux et médiatiques intéressés par ces questions, et organisé de nombreuses manifestations sur le thème du développement durable. Le projet EUROPEACE avec la Fondation Bernheim avait déjà permis au Pôle Bernheim de s'inscrire dans un domaine émergent qui relie les questions environnementales à celles des conflits et de la sécurité. Sur le plan académique, le cours (F. Gemenne) ainsi financé a été mis au programme de plusieurs facultés, des mémoires ont été réalisés, des doctorats initiés. Sur le plan du retentissement sociétal et médiatique, plusieurs conférences ont été organisées, dont une sur le thème des risques de la géoingéniérie (techniques de modification du climat à grande échelle) à l'automne 2013 et l'une sur thème de la transformations des sociétés face au changement climatique à l'automne 2014.

Le projet POINT vise à comprendre les divers types d’utilisation des indicateurs par les décideurs de l’Union Européenne. Le CEDD a choisi de travailler spécifiquement sur les indicateurs composites.

Connaître la population (effectif, répartition, données socio-économiques, …) est nécessaire à de nombreux projets. Cependant une grande partie des pays en développement ne possèdent pas ou peu d’informations concernant leur population. Les images satellitaires à haute et très haute résolution représentent une opportunité nouvelle d'améliorer les connaissances des populations. L'objectif de ce projet sera donc d'identifier, en zone urbaine et rurale, une nouvelle méthode d'estimation démographique à l'aide d'images satellitaires à haute et très haute résolution ainsi que de mettre en évidence son coût et de le comparer aux coûts de recensements. Deux types d’approches sont envisagés selon les cas de figures différents. Lorsque les habitations sont identifiables sur l’image : grâce à leur forme, leur texture et leur organisation spatiale une approche directe sera envisagée. Elle consiste à multiplier le nombre d'habitations par la population moyenne par habitation. Dans le cas où les habitations sont trop petites pour être identifiées et comptées, l’estimation de population se fera via une approche zonale : la surface de la zone bâtie est mesurée et multipliée par la densité d’habitant. Afin d'obtenir des données précises, un questionnaire a été établi et soumis à des personnes ressources afin de quantifier divers paramètres relatifs aux ménages et à leur mode de vie. L’objectif du projet est de mettre en place une méthode réplicable afin qu’elle puisse être utilisée facilement et rapidement.



Projet d'appui à l’intégration des changements climatiques et de la biodiversité dans la planification et la budgétisation des politiques agricoles et forestières nationales, sectorielles et locales en Côte d’Ivoire.