Institut de Gestion de l'Environnement et d'Aménagement du Territoire

PROJETS

FILTRES
RÉSULTATS
69 projets - ordre décroissant par date de publication
21-30 out of 69  / 
Le projet EUROPEACE du Pôle Bernheim est un programme de recherche qui regroupe un ensemble de trois chaires (Chaire Bruxelles-Genève / ULB-UniGe, Chaire Paris-Bruxelles / ULB-Sciences Po) interdisciplinaires travaillant respectivement sur les thèmes suivant : Peace and Conflicts Studies ; rôle des émotions dans les conflits (psychologie et neurosciences) ; problématiques climatiques et liens entre environnement, sécurité et migrations. L’ULB cherche par ce biais à la fois à mettre sur pied de nouvelles compétences et offres d’enseignement sur les études sur la paix, mais aussi accroître les possibilités de collaborations internationales dans ces matières.

EASY-ECO est un réseau de centres de recherche actifs dans le domaine de l'évaluation du développement durable. Il vise à partager et diffuser les connaissances liées à cette thématique de recherche à travers des formations et des conférences. Le Centre d'Etudes du Développement Durable fait partie de ce réseau et est chargé de l'organisation de la conférence qui se déroulera à Bruxelles en novembre 2010.

In the framework of the FP7 project “Forest management strategies to enhance the mitigation potential of European forests” (FORMIT), the PhD study will mainly focus on the evaluation of the contribution of forest products to carbon storage and climate mitigation. A cradle-to-grave life cycle assessment of the European forest sector will be performed to evaluate the environmental impact of mitigation scenarios for the sector. This will be done for different forest types, different European regions, different management scenarios and different product types including cascade use of wood, the account of temporary carbon storage, end use and final disposal of wood products.

GeoRisCA (2012-2016) est un projet scientifique financé par la Politique Scientifique belge (Belspo). L’objectif principal de ce projet est l’évaluation des géorisques dans la région du Kivu (Burundi, RDC, Rwanda), en étudiant et combinant les aléas de type glissements de terrain, séismes et volcans ainsi que la vulnérabilité de la population, des infrastructures et des écosystèmes, afin d’aider à la gestion des risques naturels. Le projet est coordonné par le Musée royal de l'Afrique centrale (MRAC), en collaboration avec l'Université Libre de Bruxelles (ULB), l'Université de Liège (ULg), la Vrije Universiteit Brussel (VUB) et le Centre Européen de Géodynamique et de Sismologie (ECGS). Ce projet est mené est collaboration étroite avec les partenaires locaux des trois pays ciblés (Burundi, RDC, Rwanda). GeoRisCA (2012-2016) is a scientific project funded by the Belgian Federal Scientific Policy (Belspo). The main objective is the assessment of the georisk in the Kivu region (DRC, Rwanda, Burundi), by analysing and combining seismic, volcanic and mass-movement hazards as well as the vulnerability of the population, the infrastructures and the natural ecosystems, in order to support risk management. The project is coordinated by the Royal Museum for Central Africa, in collaboration with the Université Libre de Bruxelles, the Université de Liège, the Vrije Universiteit Brussel and the European Center of Geodynamics and Seismology. It is conducted in close collaboration with local partners from the three targeted countries (Burundi, DRC and Rwanda).

Etude des impacts sociaux, économiques, culturels des grands événements sur la ville et le milieu touristique.

GRAZEO est un projet de 2 ans financé par la Politique Scientifique Fédérale belge. Il s'agit d'une spin-off du projet EPISTIS (Outils basés sur la télédétection pour l'étude de l'épidémiologie et de la dynamique spatio-temporelle des maladies) dans lequel plusieurs modèles ont été développés en utilisant la télédétection et la modélisation spatiale pour estimer le risque de transmission de la fièvre aphteuse entre les buffles et le bétail dans le parc national Kruger (KNP) et ses environs. Dans GRAZEO, l'accent sera mis sur le rôle de la végétation naturelle comme un facteur clé de la qualité de l'habitat pour les grands herbivores. L'abondance et la qualité de la source de fourrage sont connues comme étant des facteurs clés des modes d'alimentation et de distribution du bétail et des herbivores sauvages dans les pâturages de savane. Par conséquent, l'objectif principal de GRAZEO est d'explorer le potentiel de la nouvelle génération de capteurs à très haute résolution spatiale et spectrale, comme WorldView-2, pour (i) développer des méthodologies pour cartographier les zones d'herbe, la biomasse herbacée et la concentration en azote ainsi que les espèces d'arbres en tant qu’indicateur de qualité du fourrage complémentaire à une échelle compatible avec l’hétérogénéité spatiale de la savane et les mouvements des animaux, (ii) d'étudier comment ces données améliorées, avec des processus de modélisation adaptés et en testant de multiples scénarios, peuvent contribuer à l'estimation des risques de contact entre les buffles et le bétail.


Histoire de la formation des territoires touristiques et construction de la représentation des paysages nationaux

L’objectif du projet HECoRE est d’examiner l’effet rebond associé à l’amélioration de l’efficacité des usages de l’énergie dans les ménages belges et d’analyser les instruments politiques à mettre en œuvre pour limiter, neutraliser, voire éviter l’effet rebond. Ce projet de recherche pluridisciplinaire est soutenu par la Politique Scientifique Fédérale de la Belgique, et mené par le CEDD, en partenariat avec une équipe d’économistes de l’Université d’Anvers et des spécialistes en statistiques de l’Institut de Conseil et d’Etudes en Développement Durable. Il s’agit d’approfondir plus particulièrement la consommation énergétique (combustible + électricité) et la mobilité (professionnelle et de loisir) des ménages. Dans cette perspective, nous développons le cadre théorique de l’effet rebond du point de vue micro-économique, en distinguant les effets rebond directs et indirects, tout en faisant le lien avec la réalité des ménages. Le CEDD est en effet chargé de mener une enquête qualitative sur les pratiques énergétiques des particuliers (entretiens approfondis + focus groups), et d’élaborer un modèle de compréhension sociologique de l’effet rebond. L’ampleur de l’effet rebond peut varier de façon importante en fonction des différentes technologies, des pratiques et des niveaux de revenus. Ceci est particulièrement vrai dans le cas des ménages qui commencent à bénéficier d’un service énergétique auquel ils devaient renoncer précédemment. Dès lors et dans la mesure du possible, le projet vise à analyser les activités, les données et les résultats par décile de revenus des ménages. Les autres déterminants de la consommation seront également passés en revue, comme la relation qui existe entre l’aménagement du territoire, les formes d’urbanisation, les types de logements et les besoins de mobilité.

L’objectif du projet SPIDER est, d’une part, d’extraire des informations utiles aux pouvoirs locaux et régionaux belges à partir d’images satellitaires à très haute résolution, et d’autre part, de développer des prototypes de produits qui répondent aux besoins en informations exprimés par les autorités locales et régionales belges. Ce projet comprend deux volets : un volet technique et un volet utilisateurs. Les résultats de la partie technique et la meilleure connaissance des besoins réels des autorités locales et régionales sont à la base de la définition de produits appuyant la prise de décision. Un certain nombre de « workshops » seront organisés avec le groupe d’utilisateurs concernés.