Institut de Gestion de l'Environnement et d'Aménagement du Territoire

OBJECTIF 1,5°C : EST-IL DÉJÀ TROP TARD ? RAPPORT SPÉCIAL DU GIEC SUR LES CONSÉQUENCES D’UN RÉCHAUFFEMENT DE 1,5 °C : QUELLES IMPLICATIONS POUR L’ACTION CLIMATIQUE ?

DÉTAILS PRATIQUES

DATE: 8 Novembre 2018:  18H30 - 21H00

LIEU : ULB - Campus du Solbosch, Bâtiment U, porte A, Salle UA.2.220

ACCÈS LIBRE


PRÉSENTATIONS DES ORATEURS

 

 

VIDÉOS

 

Edwin Zaccai

Contexte du rapport 1.5°C dans la gourvernance actuelle du climat

 

Joeri Rogelj

Implications de l’objectif 1,5°C sur les trajectoires d’émissions / le budget carbone

 

Frank Pattyn

+1,5°C : impacts sur les calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique et sur la hausse du niveau marin

 

Henri Waisman

Stratégies de développement bas-carbone et implications sociales et économiques

 

Table-ronde

Jean-Luc Crucke, Céline Tellier, Julie Vandenberghe, Véronique Waroux

THÈME DE LA CONFÉRENCE

 

Les données scientifiques récentes sur les changements climatiques sont sans équivoque : la limitation du réchauffement planétaire à un seuil de 1,5 à 2°C au-delà des températures préindustrielles ne pourra être obtenue que via des réductions urgentes et drastiques des émissions mondiales de gaz à effet de serre, voire même, à terme, via des émissions négatives.

Le nouveau Rapport spécial du GIEC sur les conséquences d'un réchauffement planétaire de 1,5°C apporte un éclairage inédit sur les implications de l’objectif de température de l’Accord de Paris, en particulier concernant les risques associés à un réchauffement de 1,5°C, les trajectoires d’émissions compatibles avec cet objectif, et les actions systémiques à engager pour y parvenir. Face à ces nouvelles évidences scientifiques, les décideurs se retrouvent confrontés à la responsabilité historique de devoir entreprendre maintenant des actions d’envergure, de nature transformative, pour nous engager résolument sur la voie de la transition vers une société bas carbone. La « fenêtre d’opportunité » est étroite, il ne reste que quelques années pour engager les réformes nécessaires.

Cette conférence permettra de faire le point sur les résultats du rapport spécial du GIEC, en présence d’auteurs du rapport et d’experts scientifiques, et de débattre des actions requises en Belgique avec des représentants du monde politique et de la société civile.

 

PROGRAMME ET INTERVENANTS


Edwin Zaccai, Professeur à l'Université Libre de Bruxelles (ULB)

Introduction - contexte du rapport 1.5°C dans la gourvernance actuelle du climat

 

Joeri Rogelj, Senior Research Scholar at the Energy Program of the International Institute for Applied Systems Analysis (IIASA), Lecturer in Climate Change and the Environment at The Grantham Institute - Imperial College London

Implications de l’objectif 1,5°C sur les trajectoires d’émissions / le budget carbone

 

Frank Pattyn, Glaciologue et Professeur à l'Université Libre de Bruxelles (ULB)

+1,5°C : impacts sur les calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique et sur la hausse du niveau marin

 

Henri Waisman, Chercheur senior au sein du programme Climat à l'Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI)

Stratégies de développement bas-carbone et implications sociales et économiques

 

Table-ronde animée par Etienne Hannon, Conseiller pour la politique climatique au sein du service fédéral « Changements climatiques » (SPF Environnement) et chargé de cours à l’ULB

  • Jean-Luc Crucke, Ministre du Budget, des Finances, de l'Energie, du Climat et des Aéroports du Gouvernement Wallon
  • Céline Tellier, Secrétaire générale adjointe d'Inter-Environnement Wallonie
  • Julie Vandenberghe, Climate and Energy Policy Officer at WWF Belgium
  • Véronique Waroux, Sénatrice et Députée wallonne au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles

 

Discussion en panel et débat avec le public

 

Cette conférence est organisée par le Centre d’Etudes du Développement Durable de l'ULB, conjointement dans le cadre des cours  ENVI F403 «Politiques de l'environnement » (Prof Edwin Zaccai et Pierre Cornut) et ENVI F 405 « Climat: sciences et politiques » (prof. J.-L. Tison, F. Pattyn et E. Hannon)

 

Elle bénéficie du soutien de la fondation Bernheim.